Pourquoi il faut soutenir l’observatoire

Pourquoi il faut soutenir l’Observatoire



L’Observatoire des Fondamentalismes à Bruxelles s’est donné pour mission de défendre la liberté de conscience, la liberté d’expression, la liberté de croire ou de ne pas croire, de changer de religion ou d’apostasier, ainsi que l’égalité entre les hommes et les femmes.

Toute liberté et égalité où la raison à chance de pouvoir s’exercer pleinement, tout acquis démocratique qu’entend précisément combattre les fondamentalistes religieux qui, en Europe ou ailleurs, désirent placer la « loi de Dieu » au-dessus des lois civiles.

Au point où l’excision est encore d’usage dans nombre de pays musulmans, de même que les mariages forcés, la lapidation des femmes adultères, la mort pour les homosexuels, l’interdiction de l’athéisme ou de l’apostasie, le délit de blasphème, ainsi que de nombreuses discriminations directes au détriment des femmes (deux témoins contre un seul pour les hommes, moitié de l’héritage, incapacité civile, voilement, etc.)

À ce titre, l’Observatoire entend être un lanceur d’alerte, une aide à toute personne victime des intégrismes religieux, un lieu de réflexion et de débat autour des fondamentalismes, un interlocuteur sérieux de la société civile, du monde politique et des médias. Il entend également défendre en justice son objet social à chaque fois qu’il sera menacé.

L’Observatoire se donne ainsi pour mission de défendre les valeurs humanistes que seul un Etat de droit est apte à garantir et promouvoir. Il entend ainsi rappeler qu’il n’est là nulle discrimination, racisme, ou « islamophobie », mais la conviction profonde que seul le partage de valeurs communes permet un authentique « vivre ensemble ». Par-delà précisément des croyances individuelles et des communautarismes religieux qui fracturent nos sociétés pluralistes et sécularisées.

Il s’agit d’œuvrer pour l’application stricte et égalitaire d’un socle commun tel que garanti notamment par les articles 9 et 10 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales du 4 novembre 1950 qui stipulent, d’une part, le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion et, d’autre part, le droit à la liberté d’expression. Par ailleurs, l’article 14 interdit quant à lui toute discrimination fondée notamment sur le sexe.

Dans pareil contexte, il est évident que la Charia, qui entend régir la vie du croyant en se fondant sur le Coran, est incompatible avec les dispositions précitées de la Convention européenne. Ainsi également de la Déclaration du Caire des droits de l’homme en islam du 5 août1990, qui précise en ses articles 24 et 25 que les droits et les libertés énoncées dans la Déclaration sont soumises aux dispositions de la Charia et cette dernière est l’unique référence pour l’explication ou l’interprétation de l’un des quelconques articles contenus dans la Déclaration.

La Cour européenne des droits de l’homme, dans son arrêt Refah Partisi (Parti de la Prospérité) et autres c. Turquie du 13 février 2003, a déjà déclaré que l’institution de la Charia et d’un régime théocratique est incompatible avec les exigences d’une société démocratique.

Voilà pourquoi, en ces temps particulièrement troublés, l’Observatoire des fondamentalismes à Bruxelles, entend œuvrer, à travers ses diverses missions, à une société plus solidaire et égalitaire. Voilà également pourquoi elle fait appel à toute bonne volonté qui partage ses idéaux d’universalisme.

Selon la contribution souhaitée, vous pouvez contacter l’Observatoire aux adresses suivantes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s