Entretien avec Kathya DE BRINON : « De l’inceste à la prévention. »

Entretien avec Kathya

« De l’inceste à la prévention. »

Kathya de Brinon est née le 10 août 1948, à Paris. Dans une famille où l’amour existait à peine. Sa mère ne voulait pas d’une fille, son père volage ne voulait pas d’enfant. Aucun prénom ne lui avait été choisi, elle s’appellera « Muriel ». Catholiques bien-pensants, impossible de songer à l’abandon, à l’avortement moins encore. Elle sera donc confiée à ses grands-parents paternels. Ils l’appelèrent « Kathya ». Grâce à leur amour, et durant huit ans et demi, elle aura une enfance heureuse et protégée…

Et après ?

PARTIE 1/2

PARTIE 2/2

Pour aller plus loin :

N’hésitez pas à laisser un commentaire sur mon blog, un avis, une réflexion ou une suggestion…

ou à m’écrire à deviens.ce.que.tu.es333@gmail.com

Une réponse sur « Entretien avec Kathya DE BRINON : « De l’inceste à la prévention. » »

  1. Magnifique témoignage de Kathya.
    Très touchée et tellement de compréhension de ce type de parcours…Merci pour ces mots sur l’indicible, mais dont la société a tant besoin pour sortir de ces logiques ultra violentes, de ces abus, de ces crimes.

    L’établissement scolaire de fin d’études, ça me fait penser surtout à une école ménagère comme on disait autrefois et où on plaçait les filles qui avaient des problèmes scolaires, ou bien dont la famille ne souhaitait pas payer les études (de par certaines valeurs dont l’idée qu’une fille n’a pas à s’instruire mais juste à être une bonne ménagère pour devenir une bonne épouse). Ce qui est étonnant dans le cas de Kathya, c’est que étant donné le côté très catho de la famille, elle aurait très bien pu atterrir aussi en couvent prison type Bon Secours ou Bon Pasteur, comme tant d’autres filles de la même époque incestées dans leur famille et en déscolarisation, mais intègre plutôt une école ménagère non religieuse. Ca c’est une chance dans son malheur, d’autant plus qu’elle rencontre une institutrice qui va l’aider et qui l’aidera jusqu’à ce qu’elle ait son bac. Ca c’est une superbe rencontre.
    Et puis ce psy dont elle parle qui me rappelle aussi ceux que j’ai rencontré et qui ont compris la situation et ont adapté les thérapies à nos vécus.

    Et je confirme: se sont souvent ces magnifiques rencontres qui au sortir de graves traumatismes, nous aident petit à petit à remonter la pente et à devenir ce que nous souhaitons être et à nous respecter aussi.
    Ca c’est vraiment central sur des parcours aussi souffrants. On ne fait rien tout seul, mais tout avec les autres.

    Plein de belles choses à Kathya pour ces émissions à plusieurs.
    Et pour tous ses projets.

    J'aime

Répondre à Françoise Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s