À la source du lien

À la source du lien

Une mer gelée ne fait pas de vagues

Ainsi la vie d’un enfant vidé de ses émotions

Il ignore qu’il est déjà mort

Tout va très bien dans le meilleur des mondes

Demeurer dans les limites imparties

Les limites de la bienséance

Les limites de la sagesse

L’enfer du doux silence imposé

Mais être un mort-vivant

N’est pas vivre vraiment

Alors survient parfois un vent impétueux

Qui met bas sans bruit au bel ordre établi

Aux certitudes et beaux principes

Toutes ces forces de mort enfuies

Ces rassurants savoirs si bien rangés

Ce monde clos d’une enfance assassinée

C’est qu’un lien de chair a surgi de ton chaos

A fait tomber en un instant les murs de ta prison

Réveillé en toi l’humain que tu pensais anéanti

Et te voilà submergé par la montée des émotions

Et contre cela tu ne peux rien

Et contre cela tu t’abandonnes enfin

Toi qui ignorais tout du désir fou de vivre…

Tu vis enfin combien cela est bon…

Pascal HUBERT

Si d’autres personnes désirent témoigner à leur tour, rien de plus simple :

Adressez-moi un mail à hubert.pascal7@gmail.com ou deviens.ce.que.tu.es333@laveritesijemens242355175

N’hésitez pas à laisser un commentaire sur mon blog, un avis, une réflexion ou une suggestion…

ou à m’écrire à deviens.ce.que.tu.es333@gmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s